Grève dans le secteur de l’énergie : Faut-il s’attendre à des coupures d’électricité/ gaz ?

Dans le cadre des convergences des luttes pour améliorer l’avenir du service public, la Fédération Mines Énergie a rejoint le mouvement des grèves jeudi dernier. La manifestation est susceptible d’être couplée avec les cheminots afin d’avoir des actions visibles et entendues par le grand public. Mais quelles seront leurs revendications ? Et ces actions, auront-elles des conséquences sur le marché de l’énergie ?

QUELS SONT LES PROBLÈMES SOULEVÉS PAR LE SECTEUR ?

Le programme pluriannuel de l’énergie pour la période 2019-2023 est actuellement en plein débat public. Elle fixe les grandes orientations de la politique énergétique en France métropolitaine. Parmi les objectifs, on peut nommer la réduction des émissions de gaz à effet de serre. A l’horizon 2030, le mix électrique français devra représenter 40% de part d’énergie renouvelables.

Ce programme a pour conséquence l’arrêt des dernières centrales à charbon d’ici la fin du quinquennat du président ainsi que la fermeture de centrales nucléaires à l’horizon 2029. Ce sont plusieurs centaines d’emplois qui risquent d’être touchés. D’autres sujets font l’objet de controverse, comme la privatisation des barrages, les problèmes de sureté dans les centrales nucléaires ou encore le déploiement du compteur Linky.

DOIT-ON REDOUTER DES COUPURES D'ÉLECTRICITÉ ?

 La première organisation syndicale de l’énergie annonce des “coupures d’électricité ciblées” visant des entreprises comme Carrefour, employeurs licenciant et criminalisant l’action syndicale. Des coupures seront aussi prévues à la SNCF, afin de soutenir les cheminots qui contestent la réforme ferroviaire du gouvernement.  Concernant les particuliers, aucune annonce pour l’instant n’a été faite.                      Mines Énergie a également évoqué des actions de baisse de production de l’électricité et de gaz

Concernant les compteurs Linky, les grévistes pourraient subtiliser les cartes SIM de certains concentrateurs, nécessaires à la collecte et au transfert des données. En parallèle, le syndicat envisage le rétablissement du gaz ou de l’électricité pour les usagers ayant subi des coupures d’énergie et des basculements d’heures pleines en heures creuses dans certaines villes pour faire baisser la facture des usagers.

DES CONSÉQUENCES SUR LE MARCHÉ DE L'ÉNERGIE ?

EDF n’anticipe pas de baisse de la production d’électricité, car cela dépendra de la mobilisation. Un dispositif des baisses de charges dans les centrales est encadré, il n’est autorisé que s’il ne déséquilibre pas le réseau électrique. Il n’y a donc aucune inquiétude à avoir pour l’instant sur l’évolution du prix de l’électricité, malgré qu’il soit déjà très haut depuis ces derniers jours. Les prochaines mobilisations sont prévues les 24, 26 avril et 1er mai.

%d blogueurs aiment cette page :