Les révélations sur Areva influencent le marché de l’énergie

La question de la révision des réacteurs nucléaires d’EDF, suite à des anomalies constatées sur des composants fournis par AREVA*, reste d’actualité. Le 16 août, AREVA a reçu une mise en garde de la part de l’autorité de sûreté nucléaire pour son usine de Creusot Forge.

 En effet, à cause d’autres défauts sur d’autres lieux comme celui de Flamanville (Areva a dut interrompre en 2016 la production commerciale du Creusot), l’autorité nucléaire a donné à l’entreprise jusqu’au 31 décembre 2018 pour inspecter les lieux.

Quand à EDF, ils devront également examiner minutieusement les composants d’équipements nucléaires fabriqués sur le site. Ces examens devront se faire lorsque les réacteurs seront arrêtés. Le dossier doit être remis au plus tard le 31 octobre 2017. EDF a  bien sûr indiqué que il n’y aura pas d’impact sur les productions nucléaires et qu’il garde le cap de l’objectif de production nucléaire prévu à 390-400 TéraWattheure (TWh).

Le 24 août, EDF a d’ores et déjà annoncé qu’il y a bien des anomalies sur les composants fabriqués à l’usine AREVA de Creusot mais l’électricien chargé de la mission a assuré que il n’y aurait aucun impact sur la sécurité des centrales nucléaires.

Toutefois, EDF est prudent car l’usine du Creusot doit approvisionner des pièces pour les réacteurs pressurisé européen que EDF construira prochainement au Royaume Uni.

 Conséquences : 

Même si EDF assure que cela n’impactera pas sa capacité de production, les marchés maintiennent des prix élevés, les plus hauts depuis le pic de novembre dernier à cause de ces révélations. On est proche de l’ARENH pour 2018.

De plus, le cours du charbon n’aide pas, avec des prix hauts qui se maintiennent en raison d’une forte demande en Chine. Cela rend le gaz et l’électricité compétitif dans le mix énergétique et empêche une baisse des prix.

*Areva, multinationale française, spécialiste dans les métiers du nucléaire et fournisseur des centrales d’EDF.

%d blogueurs aiment cette page :